Sécurité : assurer l’efficacité du freinage de ses deux-roues

assurer l’efficacité du freinage

En matière de moto, le freinage constitue un sujet à prendre très au sérieux. Cette action demande une parfaite maîtrise des gestes. Elle nécessite également un système adapté au modèle de deux-roues. Pour assurer la sécurité du motard et des autres usagers de la route, il vaut mieux bien cerner la question des freins.

Opter pour le meilleur système de freinage pour la moto

Il existe différents types de freins pour moto. Ce sont des systèmes avec leur fonctionnement respectif. Actuellement, l’ABS reste l’un des plus recommandés pour la grande sécurité qu’il offre. Utilisé sur les voitures, ce système de freinage assisté évite de bloquer complètement la roue. À manette serrée, la moto continue de rouler pour éviter toute chute. L’ABS convient pour une piste mouillée, mais montre rapidement ses limites en cas d’obstacle subit. La technologie « assisted break system » est conçu pour ceux qui roulent sur l’autoroute et toute autre voie dégagée. Il équipe les motos GP et les sportives. Le freinage radial est un mécanisme qui permet aussi de s’arrêter en douceur. Cette variante de l’ABS a un mécanisme complexe. Elle reste rare et chère mais se trouve sur bon nombre de motos haut de gamme. La plupart des deux-roues ont encore un freinage traditionnel au tambour ou à disque. Bons marchés, ces systèmes sauvent de vies depuis des siècles. Ils arrêtent bien la moto à temps, mais manquent parfois de délicatesse. Le motard risque d’être expulsé s’il bloque complètement la roue avant. Lorsqu’il force sur l’arrière, le glissement devient inévitable. Le de freinage CBS propose de gérer cette répartition en arrêtant efficacement la moto. À ce titre, le ce système convient uniquement pour les petites cylindrées et les scooters.

Choisir la bonne technique pour freiner le véhicule

Les motards connaissent tous qu’une moto s’arrête difficilement lorsqu’elle roule à vive allure. Un bolide lancé à 80 km/h a besoin d’une quarantaine de mètres pour s’arrêter. Si l’obstacle arrive subitement, le conducteur a le choix entre un freinage d’urgence ou un évitement. Dans de nombreux cas, il vaut mieux contourner le danger. Concrètement, les yeux du motard doivent être rivés sur l’endroit où il souhaite rouler, non sur l’obstacle. C’est pour éviter cette situation désagréable qu’il est nécessaire de garder une distance de sécurité avec le véhicule de devant. Cela dit, le freinage d’urgence constitue l’une des techniques qu’il faut maîtriser avant de décrocher le permis moto. Les conducteurs apprennent qu’il faut stopper simultanément l’avant et l’arrière de manière à repartir la friction. Le motard a intérêt à serrer fermement sa monture entre ses jambes. Cela évite d’être expulsé vers l’avant. Les moniteurs d’auto-école indiquent qu’il faut freiner fort dès qu’un obstacle survient subitement, alors que le véhicule roule à toute vitesse. Ils poursuivent que les manettes sont à relâcher progressivement pour ne pas bloquer les roues et glisser. Avoir le réflexe de couper les gaz avec la clé de contact pourrait être salutaire, si la moto n’a pas trop d’électronique embarquée. Une autre approche consiste à rétrograder. Le changement de rapport de vitesse pourrait tout de même comporter quelques risques, à moins de bien maîtriser le jeu d’embrayage.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *